ben-wilkins-WH2UgbxLBs4-unsplash

#Femme inspirante

Chère amie,

Hier, j’ai rencontré une femme inspirante. Une vraie.

Pas une image de papier glacé, avec des images du bonheur parfait, non, une femme qui a été rejetée, ignorée, presque détruite, mais qui a été sauvée par Qui vous savez.

Elle a parlé de sa vie brisée, de ses sentiments, de sa descente aux enfers, et puis, soudain, de sa nouvelle naissance. De n’avoir pas de place dans sa famille, mais de ce que le Père l’a cherchée, trouvée et adoptée. Un récit riche, fourmillant de sauvetages et de salut, de déchirements et de restaurations.

Vous savez, ce qu’elle n’a pas dit, mais que j’ai lu dans son témoignage, une fois rentrée à la maison?

« Je vous remplacerai les années que la sauterelle vous avait dévorées. » Joël 2.25

Je l’ai pris en plein coeur, ce verset, parce que je l’ai déjà reçu, mais j’avais perdu l’habitude  d’y croire tant que je n’en voyais pas la réalisation. C’est un rappel que pour Dieu, rien n’est gaspillé. Dieu ne perd rien, même pas ce que je considère comme des échecs : soit il me donne la victoire, soit il m’apprend quelque chose.

Et voilà qu’à travers ce petit bout de femme suivant l’inspiration du Saint Esprit et dévoilant son passé douloureux, Dieu me relance. C’est comme s’il disait qu’il n’a pas oublié, qu’il n’a pas jeté l’éponge. C’est non seulement un “C’est possible”, mais encore un “ Je n’en ai pas fini avec l’appel que je t’ai adressé, Moi.”

La force du témoignage, c’est quelque chose, quand même.

La femme que j’ai vue et entendue hier, éclabousse de joie, ancrée dans la certitude de l’amour du Père céleste. Une véritable démonstration de résurrection. Je me dis que si Dieu a fait ça pour elle, il peut le faire pour moi. Pour vous. Quand je dis “il peut”, je ne parle pas de sa capacité et de son pouvoir, que je ne remets jamais en question. Je parle de sa volonté, de sa bienveillance.

Dieu donne non pas un vague espoir, mais une ferme espérance.

«Et qu’est-ce que la foi ? C’est une ferme confiance dans la réalisation de ce qu’on espère, c’est une manière de le posséder déjà par avance. Croire, c’est être absolument certain de la réalité de ce qu’on ne voit pas.»

Hébreux 11.1, Parole Vivante

Je ne vous cache pas que les six derniers mois ont été si éprouvants que j’ai été tentée de désespérer. Mais voici la résilience contagieuse d’une héroïne de la foi pour me draîner dans son sillage. Elles sont nombreuses autour de nous, ces femmes aux mille victoires sur le quotidien, aux sordides épreuves surmontées à force de prière, à l’humanité fragile mais restaurée, à la féminité hésitante et aux maternités difficiles bien que efficaces.  Des filles d’Eve, comme vous, comme moi, des héroïnes, vous dis-je, dont il serait dommage de se passer du témoignage.

Ne sous estimons pas les femmes inspirantes qui nous entourent, que Dieu nous fait croiser pour avoir la force de mettre un pied devant l’autre.

Ne sous estimons pas la force que peut donner à d’autres notre témoignage.

Prenons encore garde de ne pas tomber dans le piège de la comparaison, de ne pas envier le ministère et le talent, ce serait infantile, on se laisserait alors détourner du vrai message que Dieu nous adresse : ce n’est pas fini. C’est ça que Christine Gallay nous dit aujourd’hui : Dieu n’a pas dit son dernier mot, parce qu’il parle. Éternellement. Et, très précisément, il a les mots de la vie éternelle.

C’est lundi, et la vie continue, la vie recommence.

Bon lundi.

De la part de Nel Berner
nel@potenti-elles.ch

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *