austin-wade-uZjV42FWnag-unsplash (1)

#J’attends ce jour

Chère amie,

Je me souviens du jour où notre fils est né, après deux magnifiques filles, enfin un fils. Quelle joie! Un garçon blond en bonne santé avec des yeux bleus, super!
Mais, notre fils, pendant ces premiers mois de vie,  pleurait en se réveillant. Que ce soit le matin, à la sieste où la journée il se réveillait en pleurant et se consolait uniquement lorsque nous le prenions dans nos bras.

Un peu inquiète, je me suis demandée : « Qu’est-ce que je peux faire? » Rien ne semblait l’aider, il se réveillait toujours en pleurant. Après un certain temps, mon mari et moi avons créé cette habitude : Dès que nous l’entendions se réveiller et pleurer, nous commencions à chanter : « J’attends avec impatience le jour, et il arrivera, où Jésus viendra. »

Je chantais à mon fils : « Le jour viendra où tu te réveilleras avec un sourire. Et j’attends ce jour avec impatience, car il va arriver! » En chantant cela, quand je le prenais dans mes bras, je me réconfortais et je le réconfortais aussi. 

C’est un privilège, oui je le pense, en tant que maman, de ressentir de la douleur lorsque nos enfants pleurent.  C’est presque comme si leur douleur, ou leur problème, devenait notre douleur, ou notre problème. Je crois aussi  que cela nous montre beaucoup de choses sur ce que Dieu ressent lorsque nous souffrons. 

Il y a quelques semaines, je parlais à Dieu d’une période douloureuse de ma vie. Je lui ai demandé : « Où étais-tu à ce moment-là, pendant cette période? » « Pourquoi n’as-tu pas empêché que cela se passe? »

Mes émotions du moment correspondaient bien au psaume 58 ou David écrit: « Les méchants sont pervertis, ils ont un venin pareil à celui du serpent. Qu’ils disparaissent comme l’eau qui coule. Qu’ils soient pareils à la limace qui fond en avançant. »

Je disais à Dieu: « Tu dis que tu es toujours avec moi donc je crois que tu étais là. Mais comment pouvais-tu être là et ne rien faire? Ne pas les abattre, ne pas les empêcher? Dis-moi ce que tu as fait! Où étais-tu? Je veux juste voir ce que tu faisais à ce moment-là? »

Dans les instants qui ont suivi, Dieu m’a montré une image de Lui se tenant là, juste avec moi, à côté de moi. Il est là, en train de pleurer. Il pleure avec moi, quand cela arrive. Et je vois aussi qu’il est en colère. 

Puis Dieu me dit : « Si j’agissais selon tes désirs, comment me connaîtrais-tu? »

Et l’instant d’après, je l’entend chanter : « J’attends ce jour avec impatience, et ce jour va arriver. Ce jour viendra où je t’entourerai de mes bras et je te serrerai très fort. Je t’envelopperai de mon amour, je te laverai de toute honte et de toute culpabilité. Je te purifierai. Je te serrerai dans mes bras, je t’affirmerai et tu me connaîtras. Je suis un très bon Père pour toi. Et ce jour va arriver! Jusqu’à ce jour, j’attendrai, je chanterai tout mon amour pour toi.

Dans ces montagnes du Jura, j’ai commencé à pleurer alors que Dieu chantait sur moi. Et je l’ai laissé m’entourer de ses bras, me laver et me combler de son amour.

Et toi, ma chère amie, as-tu pensé à une situation spécifique de ta vie alors que tu lisais ceci? L’entends-tu chanter pour toi et t’appeler à lui? 

Après quelque mois notre fils s’est réveillé en gazouillant de plaisir, cela va aussi t’arriver!

«L’Eternel, ton Dieu, est au milieu de toi. Un héros qui sauve. Il gardera le silence dans son amour, puis Il se réjouira à grands cris à ton sujet.»  Sophonie 3:17

De la part de Marianne Van Hasselt-Zondervan
mariannevanhasselt@gmail.com

PS: en transférant ce mail à tes proches, tu peux leur proposer de s’abonner aux Mails Hebdos simplement via le formulaire suivant :  https://potenti-elles.ch/

Tu verras (avec tes oreilles) c’est tellement différent et stimulant d’écouter un texte des MH qu’on ne lit pas soi-même! tu peux le faire en cliquant sur Radio OMEGA 90.9 

2 Réponses

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *