amy-humphries-T_Uh7S7N4uc-unsplash

#La robe blanche

Chère amie,

Je l’ai vue de loin, portant une robe d’un blanc éclatant au soleil. Accompagnée de deux autres personnes, elle se distinguait nettement. 
Je me suis concentrée pour voir ce qu’elle faisait près d’une station de métro en ce dimanche midi. Était-ce une mariée ?
Je marchais dans sa direction, et en m’approchant j’ai compris : elle sortait bien d’une église, mais pas pour un mariage. Elle venait de vivre sa confirmation ou son baptême.

La blancheur de sa robe contrastait avec tout ce qui l’entourait. C’était si beau, ça faisait si envie ! Comme elle dans son habit immaculé, je voudrais interpeller ceux qui m’entourent au point qu’ils soient attirés et désirent rencontrer ce Jésus qui a changé ma vie.

Mais combien je me sens souvent différente de cette image : ordinaire, parfois lasse ou découragée, si imparfaite. Comme une petite fille qui a sali ou froissé sa jolie robe du dimanche, et qui se dit que désormais elle ne portera plus que des habits pas dommages, puisqu’au final elle ne mérite pas beaucoup mieux.

Et pourtant, Jésus aime nous voir comme revêtues d’une robe blanche. Purifiée, lavée de tous nos péchés.

Il s’est donné lui-même pour nous afin de nous racheter de toute faute et de se faire un peuple qui lui appartienne, purifié et zélé pour de belles oeuvres. Tite 2.14

Jésus n’a pas de peine à se le représenter, car Il a payé pour cela : Il sait ce que cela a coûté et que Sa rédemption est bien réelle, peu importe l’image faussée que nous avons de nous. 

Aujourd’hui, assumons le blanc ! Pas seulement le jour de notre baptême ou de notre mariage. Levons la tête, consciente d’avoir été purifiée et revêtue de cette robe blanche. Consciente que ce nouvel habit n’est pas seulement celui des grandes occasions, celles pour lesquelles on a pris le temps de s’apprêter spécialement, mais notre tenue de travail, indispensable pour notre mission quotidienne de disciple de Jésus. Un peu comme les infirmières qui s’habillaient de blanc pour côtoyer des malades et des blessés, ou les cuisiniers qui revêtent une veste blanche pour préparer des sauces tomates.

Et contre les taches ? Son sang a le pouvoir de laver toutes nos fautes !

Seigneur, 

Merci d’avoir payé de ta vie pour me purifier de mes péchés. 

Pardon de ne pas toujours accepter ce cadeau à sa juste valeur.

Pardon pour toutes les fois où je choisis de montrer une autre image, plus terne, par peur de me salir ou par impression de ne pas être à la hauteur.

Je souhaite marcher chaque jour consciente d’être justifiée par toi, et prête à oeuvrer dans le monde. Je dépose à ta croix ma peur de me salir et ma peur d’être trop visible. Remplace-les par ta présence, qui brille et influence le monde autour de moi.

De la part de Séverine Christen

schristen@campuspourchrist.ch

Une réponse

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *