kieran-white-SBdmQcW8qag-unsplash

#N’avez-vous point de place ?

Chère amie,

N’avez-vous point de place ?

Comme beaucoup de gens, j’aime pas trop Noël. 
Trop de nourriture à préparer, et je n’ai pas perdu mes kilos en trop. 
Trop de décorations à installer, quand tout ce que je veux, c’est la paille de la crèche. 
Trop de gadgets dans les magasins, et j’aime déjà pas les supermarchés. 
Trop de gens-qu-on-n-a-pas-vu-cette-année-et-qu’on-devrait-quand-même-voir-pour-noël.
Trop de il faut que et de on ne peut quand même pas éviter de qui encombrent, au point que, le moment venu, je n’ai plus de place pour accueillir la Bonne Nouvelle de LA naissance. Plus d’énergie, plus de patience non plus. Ma joie est éjectée de mon agenda, et sans mon consentement.

Donc, l’année passée, puisque je me suis trouvée lassée de préparatifs vides de sens, excédée de formalités, eh bien, le troisième dimanche de l’Avent, je suis allée à la messe. La liturgie parlait de la joie.

Et le prêtre de nous inviter à être la crèche qui accueille le Jésus qui vient de naître !

N’est-ce pas là le sujet de toute ma joie ? Son unique fondement ?

Honorer Dieu en me rendant totalement disponible pour lui me procure la joie complète dont parlent les Ecritures !

Psaume 16:11 « Mais tu me montreras le chemin qui mène à la vie, là où l’âme est rassasiée de joies. Face à face avec toi, on goûte des joies sans mesure, un bonheur qui ne finira jamais ». »

Et si s’organiser, c’était en faire moins pour avoir le temps d’être là, pleinement, sans souci, sans travail, sans tu m’excuses, sans il faut que je ?  Parce que être présent, c’est plus qu’être là.

Donc pour vivre mieux, en faire moins. 

J’ai soudain eu envie de faire simple pour ne pas être débordée de travail, de libérer du temps pour la joie simple et dépouillée d’être ensemble, autour de Lui.

Prendre des petits moments de visite en tête à tête : il vaut mieux que je passe deux heures à vraiment écouter ma voisine et prendre juste un café plutôt que m’énerver à préparer un grand souper, pendant lequel aucun des vingt invités ne profitera de moi.

Il vaut mieux que j’achète un petit quelque chose chez un artisan local plutôt que d’arriver en visite complètement stressée par la confection d’un présent fait maison.

S’organiser, ce n’est pas l’art de caser davantage d’activités de Noël dans un planning déjà trop plein. C’est comme un sandwich trop bien garni : à peine mord-t-on dedans, que tout son contenu s’échappe et coule sur les habits, gâchant le plaisir.

Je t’ai déjà parlé de “Vie de fou” de Kevin de Young, n’est-ce-pas ? Il y dit que l’affairement ( la suroccupation) peut piller notre coeur, et que nous devrions renoncer à mener une vie où Jésus prend moins de place qu’il ne devrait.

Je ne te parle pas de passer un Avent exclusivement contemplatif en retraite totale du monde. Mais de choisir ce que Dieu veut, et rien de plus, pour que Sa volonté soit fête.

Comment vas-tu Lui faire de la place ?

Je te souhaite un heureux, paisible, Noël de partage de l’amour de Jésus. 

De la part de Nel Berner
nel@potenti-elles.ch

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

*

code