douglas-lopez-NEZHjs1Oi04-unsplash (1)

#L’amour maternel

Hello amie,

J’espère que ce mail hebdo te trouve dans l’espérance!

Aujourd’hui je vais te parler de l’amour d’une mère :

Je me sens si privilégiée de pouvoir assister, depuis le premier rang, à l’amour maternel que notre fille Camille offre à notre petit-fils Léon.

Cela me touche au plus haut point, car dans notre famille il y avait, jusqu’à il y quelques années, une grande “blessure de la mère”, qui s’est transmise de générations en générations et a causé des ravages sans nom.

Je sais que ma grand-mère n’a pas pu être disponible émotionnellement pour ma maman, ni ma maman pour moi. J’avais à mon tour répété ce cycle cruel auprès de ma fille et de mes fils. Dieu merci, aujourd’hui nous en parlons en détail, beaucoup, souvent, ma maman, ma fille et moi.

Tout avait commencé le soir de mon mariage. J’ai 22 ans, il est à 23h, juste avant que je parte avec mon mari, Pierre-Claude, pour l’hôtel où nous allons passer notre nuit de noces. Ma mère me prend dans les bras et me pose une question qui va pouvoir permettre ce miracle de la brisure du cycle : “Liliane, est-ce que j’ai été une bonne maman pour toi?”

Nous avons été élevé dans une famille où on n’écoutait pas nos émotions, donc à 22 ans j’étais complétement incapable de comprendre les ravages que l’absence émotionelle de ma maman avait produit en moi. Je n’arrivais pas à lui répondre.

Mais cette question, si généreuse et essentielle de ma maman, m’a permise, 8 ans plus tard, quand j’étais à mon tour maman de 3 enfants et complétement dépassée par mes propres tourments émotionnels, de revenir vers elle et de lui parler de mes manques. Elle m’a accueilli avec tant d’intérêt et d’humilité. Je souhaite à tous de pouvoir vivre un tel accueil. C’était miraculeux! Merci Mummy pour ta vulnérabilité et ton amour!

Ont suivi de nombreuses d’années de constats des dégâts, de longues conversations  avec des professionnels de l’âme, de pardon accordé et demandé entre ma maman, ma fille et moi-même, de guérisons lentes mais profondes. Et il reste des cicatrices avec lesquelles j’apprends à vivre.

Mais Camille à réussi à briser ce cycle de violence et Léon semble aller très bien. Quelle grâce de Dieu ! Quels cadeaux que la croix de Jésus, les soins minutieux de Dieu si tendre, si doux, la psychologie, le pardon, la grâce accordée, les deuxième/millième chances.

«Oui, comme une mère qui console son enfant, moi aussi, je vous consolerai.» 
Esaïe 66:13

«Le Seigneur répond : Une femme oublie-t-elle le nourrisson qu’elle allaite ? Cesse-t-elle d’aimer l’enfant qu’elle a porté ? À supposer même qu’elle l’oublie, moi, je ne t’oublie pas : j’ai ton nom gravé sur les paumes de mes mains.»  Esaïe 49:15

«Depuis longtemps, je me suis tu, me retenant d’intervenir, dit le Seigneur. Mais maintenant, je vais crier comme une femme qui accouche, qui s’essouffle et respire avec peine.» 
Esaïe 42:14

«Jérusalem, Jérusalem…combien de fois ai-je voulu rassembler tes habitants auprès de moi, comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes, mais vous ne l’avez pas voulu!»  
Matthieu 23:37

«Il te protégera, tu trouveras chez lui un refuge, comme un poussin sous les ailes de sa mère.» 
Psaumes 91:4

N’est-ce pas touchant, cette délicatesse de Dieu? Sa douceur, dans ces mots? Sa tendresse, son respect?

Je ne sais pas où tu te situes dans ton rapport avec ta maman, quels soins tu as pu recevoir d’elle ou pas. Il est important de faire ce bilan et si tu as manqué de l’essentiel, de t’entourer des choses dont ton âme a besoin. Une certitude : Dieu est là, tout tout proche, touché par ton vécu, intéressé au plus haut point par cette relation vitale, hautement investi à te permettre de mettre des mots sur tes maux, un baume sur tes plaies. 

Ce que j’aperçois, c’est que, justement ce passé chahuté peut être un tremplin avec ses doux soins et me donne d’être une source d’espérance pour d’autres qui souffrent. Dieu ne permet jamais qu’un vécu douloureux soit sans sens. Il transforme en or nos douleurs, si nous l’appelons à l’aide.

Dans ma propre vie, Il est en train de m’équiper dans un domaine bien spécifique, suite à ce vécu avec ma maman : un podcast (présent sur spotify).

Jamais Il n’envoie la souffrance, mais toujours Il permet que tes plus grandes luttes puissent devenir le domaine où tu vas régner (teaser pour mon mail hebdo de janvier = )  et être une grande source d’encouragement pour les autres qui traversent ces eaux-là.

Alors amie, tu peux baisser ta garde, ouvre Lui tes sens. Il t’entoure de son amour, sa beauté et son espérance. Quel Dieu nous avons… un père au cœur de mère !

Affectueusement,

De la part de Liliane Favarger
lfavarger@campuspourchrist.ch

PS: Propose à tes proches de s’abonner aux Mails Hebdos via le formulaire suivant :  https://potenti-elles.ch/

De plus, sur Radio OMEGA 90.9 tu peux écouter des MH!

Une réponse

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *